Travail institutionnel

Travail d’équipe

 

Selon les circonscriptions, les personnels des RASED et les psychologues scolaires verront l’IEN très rarement ou régulièrement pour des réunions visant à faire le point sur la situation des élèves en difficultés, les modalités de fonctionnement, les difficultés rencontrées, quelques cas préoccupants. Sur ma circonscription, ces rencontres sont prévues cinq fois par an et se nomment « Pôle ASH ». L’ensemble des psychologues scolaires, enseignants du RASED et enseignants référents sont réunis autour de l’IEN.

 

Les rencontres au sein des RASED doivent être fréquentes, si possible hebdomadaires, afin d’échanger les informations, les inquiétudes, les questions, les propositions que chacun peut apporter au sujet des élèves suivis. Cela permet d’optimiser l’action de chacun : le maître E demande un bilan psychologique ou un avis sur un enfant, le psychologue scolaire donne ses conclusions afin d’orienter l’action du maître E (par exemple, axer davantage sur le développement de la mémoire chez cet enfant qui en manque).


Selon les circonscriptions, l’IEN peut inviter les psychologues scolaires à discuter les orientations en SEGPA, les maintiens et les passages anticipés, lors de « commissions » informelles.

 

Signalements aux services sociaux

 

Lorsque l’école ou un membre de l’école est très inquiet au sujet d’un enfant (attitude très inquiétante, paroles qui dénoncent des abus sexuels ou de la maltraitance, soupçons de négligence éducative), les craintes doivent être signalées au service compétent de la Protection de l’Enfance. En Haute-Savoie, le signalement doit être envoyé à une assistante sociale de l’IA (désormais DASEN, Direction Académique des Service de l’Education Nationale). Son rôle est de recevoir les signalements et les transmettre aux services compétents.

 

Depuis quelques années, ces signalements s’appellent IP pour « Information Préoccupante ». Tout professionnel de l’école qui pense qu’un enfant est maltraité ou en danger, est tenu de faire une IP. Il vaut mieux faire un signalement pour rien que de passer à côté d’une situation où l’enfant est en danger. Pénalement, nous sommes responsables si nous ne prévenons pas pour protéger l’enfant. Par contre, on ne nous reprochera pas une IP inutile.

 

Avant d’envoyer une IP, il faut obligatoirement prévenir les parents de cette démarche, ce qui fait parfois hésiter à faire l’IP. Le mieux est de signer l’IP à plusieurs (directeur, enseignant, psychologue scolaire, RASED, médecine scolaire…).


L’IP est traitée par le juge des enfants qui peut ordonner un placement ou simplement une mesure de surveillance et d’accompagnement éducatif de la famille : une AEMO, Aide Educative en Milieu Ouvert.

 

Actions de formation

 

Les actions de formation se font principalement en direction des étudiants en psychologie, dès la licence. Ce sont des stages obligatoires d’observation où le stagiaire peut également s’essayer à la passation de tests. Il y a aussi bien sûr les futurs psychologues scolaires qui doivent faire un stage de 40 jours avec un psychologue scolaire. C’est un travail très intéressant et enrichissant. Pourtant, beaucoup de collègues hésitent à recevoir des stagiaires.

 

Les psychologues scolaires peuvent être sollicités pour animer des formations d’AVS ou des animations pédagogiques face à des enseignants.

 

La formation d’AVS consiste en séances d’analyse de la pratique. Il s’agit de faire émerger les questions, les sentiments négatifs, les craintes, les découragements des AVS sur leur pratique professionnelle. Il n’est pas impossible non plus d’en profiter pour leur apporter des informations sur les différents handicaps qu’ils peuvent être amenés à rencontrer.


La formation des enseignants se base sur une demande précise de la hiérarchie : difficulté scolaire, enfants perturbateurs, troubles d’apprentissage, précocité…dans le cadre du programme de formation prévu pour l’année.

 

Evaluation du psychologue scolaire

 

Les psychologues scolaires doivent justifier de leurs actions à la fin de chaque année scolaire par le biais d’un rapport d’activité et lors de l’inspection.


Le rapport d’activité annuel résume le travail du psychologue scolaire sur l’année écoulée. Il doit être rempli et transmis à l’IEN fin juin. Je ne sais pas s’il existe une feuille type. Chaque département a sans doute produit sa propre feuille.

 

Voici les rubriques qui se trouvent sur la feuille que j’utilise :


* Description du secteur : nom de la circonscription, secteurs de collèges couverts, nombres d’écoles maternelles et élémentaires ou primaires, nombre de classes, nombre d’élèves, nombre de RASED complets, incomplets, nombre de CLIS.


* Tableau de répartition des demandes : par classe et par type de demande : demandes sans suite, bilans pour commission, observations ou examens pour conseiller les enseignants et les familles, entretiens avec les familles, réunions.


* Participation au fonctionnement et à la vie des écoles : nombre de participations à des conseils des maîtres, conseils de cycle, conseils d’école.


* Participation à l’action des RASED : nombre et modalités des synthèses avec les membres du RASED.


* Participation à des commissions de l’éducation spéciale : par exemple, participation à des commissions d’étude des orientations en SEGPA ou des maintiens et passages anticipés.


* Participation à des réunions de concertations avec d’autres structures : par exemple les réunions avec les CIO, les CMP, CMPP…


* Participation à des actions de formation.


* Evaluation par le psychologue de ses propres actions.

 

L’inspection d’un psychologue scolaire peut varier d’une circonscription à une autre. L’IEN peut se déplacer seul ou faire appel à un ou deux collègues, dont éventuellement l’inspecteur de l’ASH, Adaptation Scolaire et scolarisation des élèves Handicapés. Il peut évaluer le psychologue scolaire durant une réunion de synthèse de RASED ou lors d’un entretien individuel. Au préalable, il faut fournir un rapport d’activité plus complet que celui qui est rempli en fin d’année. Là encore, je ne crois pas qu’il existe un formulaire prévu à cet effet. Voici à quoi ressemble le mien :

* Description du secteur d’intervention : type de secteur (rural, semi-rural, urbain, ZEP…), collèges de secteur, nombre d’écoles, de classes et d’élèves au total, description de chaque école : nombres d’élèves et de classe, présence ou non d’un poste E, d’une CLIS…


* Aide aux élèves : présence d’un RASED, modalités de fonctionnement, quelles écoles couvertes, à quelle fréquence ? Quelle aide : petits groupes, interventions devant des classes ou demi-classes, aide auprès de quelques élèves en classe…? Présence de la médecine scolaire ? Quel travail avec la médecine scolaire ?


* Aides extérieures : présence d’un CMP ou autre structure proche ? Quel type de travail avec ces structures ? Critique sur le fonctionnement, les manques, les attentes envers ces structures.


* Etablissements secondaires du secteur ou proches, SEGPA.


* Etablissements et classes spécialisées dans les environs.


* Compte rendu d’activité de la rentrée jusqu’au jour de la rédaction du rapport : nombre de demandes, nombre d’enfants concernés pour chaque type de signalement, par exemple : Concentration : 5 élèves en CP, 3 en CE1….soit 3 % des enfants signalés. 


* Le travail du psychologue scolaire : tâches, mode de fonctionnement, échanges avec le RASED, actions de formation…


* Réflexion sur sa propre pratique professionnelle.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.